Ahmad Joudeh, de réfugié sans patrie à star du ballet

Ce mois-ci, je m’éloigne un peu de la thématique de la danse orientale pour dresser le portrait d’un danseur dont l’histoire m’a beaucoup émue.

ahmad joudeh
Ahmad Joudeh

Naissance dans un camp de réfugiés

Ahmad Joudeh est né en 1990 à Yarmouk, un camp de réfugiés palestiniens de Damas en Syrie. Son père étant lui-même fils de réfugié palestinien, Ahmad fait partie des personnes nées apatrides, ou sans aucune nationalité.

A l’âge de 8 ans, il tombe sur un spectacle de danse classique et cette découverte tourne à l’obsession. Il se forme sans relâche, totalement seul. A 16 ans, il part auditionner pour la plus importante troupe de ballet syrienne à Damas. Il est reçu et les professeurs le prennent en main pour lui livrer une formation académique complète. Une nouvelle vie commence pour lui !

Ahmad Joudeh

Premiers succès et revers

Il commence à voyager avec la troupe vers le Qatar, l’Algérie, la Tunisie, la Jordanie et le Liban. Le ciel semble s’éclaircir mais en 2011, la guerre civile explose en Syrie. Le 29 décembre 2012, la maison de sa famille est détruite par une bombe. Cinq proches d’Ahmad sont tués dans cette guerre et la famille perd le peu qu’elle avait. En plus de cette situation, les extrémistes menacent personnellement Ahmad pour son activité de danseur.

Heureusement, des opportunités s’offrent à lui hors de Syrie. En 2014, il participe notamment à la compétition télévisée « So You Think You Can Dance » au Liban. Toutefois, son statut d’apatride lui fait obstacle pour la finale et d’autres projets professionnels.

Cette visibilité attise la curiosité d’un journaliste hollandais qui décide de réaliser un documentaire sur la vie d’Ahmad en Syrie pendant la guerre civile. Ce reportage sera très visionné en Europe. On y voit Ahmad danser dans le théâtre romain de Palmyre (inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO) qui sera détruit par la guerre peu de temps après ces images.

Nouvelle aventure en Europe

Touché par ce reportage, le directeur du Dutch National Ballet organise une opération caritative, le Dance For Peace Fund, et fait venir Ahmad Joudeh. Finalement, celui-ci fait ses débuts au Het Nationale Ballet en décembre 2016. Il est désormais installé aux Pays-Bas et a participé à de nombreuses productions. En 2021, Ahmad Joudeh a obtenu la nationalité néerlandaise.

En 2021, vous l’avez peut-être aperçu également en tant que danseur pendant le concours de l’Eurovision. Il est bien entendu très actif auprès de l’ONU et d’actions comme SOS Village d’Enfants. Cette année également, Ahmad Joudeh a publié le livre « Dance or Die » retraçant son histoire. C’est également le tatouage qu’il a dans le cou, là où, selon lui, la lame tomberait s’il était condamné à mort dans son pays.

En savoir plus sur Ahmad JoudehFacebook – Chaîne YouTube – Acheter « Dance or Die » (broché ou Kindle).


Cet article est d’abord paru dans Ya Salam!

Ya Salam! est un magazine en ligne autour de la danse orientale et tout ce qui s’y rapporte !

Inscris-toi pour recevoir le dernier numéro dans ta boîte mail 👉 En savoir plus
Une nouvelle édition paraîtra tous les mois et les anciens numéros seront archivés sur ce site !

Pas de spam : tu ne recevras jamais plus d’un email par mois.

S’inscrire en 2 secondes avec un email :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.