Tout ce que j’ai appris en dansant dans les restaurants et événements

Un bon pilote d’avion, ce n’est pas celui qui sait manœuvrer l’appareil, c’est celui qui saura gérer les pires situations avec sérénité. C’est un parallèle que je fais souvent avec la danse. Savoir danser (ou savoir faire décoller l’avion) est juste le commencement. Tout le reste permet de devenir un vrai professionnel. Danser sur de belles scènes, dans les festivals, c’est fantastique et valorisant. Mais cela reste trop occasionnel pour devenir une bête de scène…

L’art de l’improvisation

Comme beaucoup de jeunes danseuses, l’improvisation me terrifiait… J’étais bloquée quand il fallait la travailler en cours et je ne l’aurais jamais envisagée en spectacle sur scène.

Aussi, quand j’ai commencé dans l’événementiel, j’avais peur de me lancer sans filet. J’aurais voulu chorégraphier toute la prestation du début à la fin par sécurité. Je me suis vite rendue compte que c’était impossible et surtout inutile.

Très souvent, nous ne savons pas à l’avance comment sera l’espace pour danser, s’il y aura des tables, des obstacles, si la pièce sera petite ou grande, si le public sera nombreux, proche ou éloigné, s’il voudra danser, etc. En plus, j’aime changer très souvent de musiques (pour me renouveler et ne pas m’ennuyer). Ce serait impossible de tout chorégraphier en permanence.

L’événementiel fait clairement décoller ses capacités d’improvisation ! Avec le temps, je suis devenue très à l’aise pour improviser un spectacle entier et interagir sur le moment avec le public. C’est un muscle à travailler !

Pendant un temps, j’ai aussi eu le plaisir de danser très régulièrement avec un musicien. C’est le genre de belles opportunités qu’offre l’événementiel ! Mais à chaque fois, c’était la surprise complète. En plus de tout le reste, je ne savais pas ce qu’il allait jouer, comment il allait jouer ou même combien de temps il allait jouer !

L’art de gagner en confiance

Tout part de là. En y repensant, je peux quasiment ressentir le pincement dans l’estomac que j’avais avant ma toute première prestation. Car disons-le : tout peut arriver ! Tout.

Bagarres, problèmes de costume, ambiance glaciale, problèmes de musique, mariée pas contente, panne d’électricité, descente de police, glissade, loge inexistante, mais aussi gérer la fatigue, les bouchons et garder le sourire ! Ces années m’ont apporté de beaux souvenirs, de l’expérience et beaucoup d’histoires ! Parfois, j’ai du mal à réaliser que c’est ma vie…

Mais savoir s’adapter à tout en gardant son calme, c’est ça le vrai enjeu. On est enfin à l’aise quand on sait qu’on peut gérer toutes les situations. C’est un vrai boost pour la confiance en soi. Au final, toutes ces expériences ont probablement façonné qui je suis aujourd’hui et donné plus d’assurance. Selon moi, l’événementiel est l’expérience la plus formatrice qu’il soit.

Danser dans les restaurants et les événements

L’art de gérer tout individu

Obligée d’en parler ! Le public peut faire que la soirée soit géniale ou catastrophique…

A travers ces prestations, j’ai réalisé que ce que je préférais dans la danse, c’était de faire kiffer le public ! Quand le public est réceptif et a envie de s’amuser, ce travail devient un vrai plaisir.

Mais danser dans des soirées et événements implique aussi de savoir gérer des personnes qui ont bu (et se collent à toi quand tu as du feu dans les mains), des personnes trop tactiles, des personnes qui t’ignorent (et regardent leur téléphone pour ne pas avoir de problèmes avec leur femme), des personnes qui parlent de toi quand tu es à un mètre, des personnes qui te tirent par le bras pour faire des photos ou des appels vidéo avec leur famille.

On m’a demandé de danser sur des tables, des chaises, des bars ; de faire des photos avec le chien, le bébé. J’ai composé avec des gérants désagréables ou des collègues au bord de la crise de nerf.

Heureusement, dans 95% des cas, tout se passe très bien et les clients sont adorables. Pour le reste, on apprend à ignorer et à faire avec !

Savoir danser pour des personnes qui sont souvent très proches est aussi un exercice à part entière. Savoir les regarder directement dans les yeux, interagir avec eux, les faire lever, les faire danser, s’amuser, les mettre en valeur. La meilleure partie ! Et pour s’y exercer, rien de mieux que la pratique !

L’art de faire le show

Pour les événements, j’ai du apprendre à « faire le show » ! Entrer en piste avec charisme, captiver en quelques secondes, animer la soirée, utiliser des accessoires dont je ne me serais pas servis autrement : voile, ailes, canne, sagattes, chamadan, feu, etc. autant de compétences supplémentaires !

Avec la pratique, on apprend aussi à être prête en un temps record, en plus de devenir vraiment à l’aise pour se coiffer et se maquiller !

Beaucoup de personnes ont encore un a priori négatif sur la danse orientale et je vois l’événementiel comme une occasion de les convaincre. Elles ne franchiront jamais la porte d’un cours ou d’un festival de danse, et je suis peut-être la seule danseuse orientale qu’elles verront dans l’année, alors il faut leur donner un beau spectacle !

En conclusion

J’ai voulu écrire ces quelques lignes car j’ai encore le sentiment que l’événementiel est beaucoup dévalorisé par certains danseurs. Je pense que cela vient du fait que, dans l’animation, beaucoup de personnes se sont improvisés danseurs sans réelle formation derrière. Elles n’ont fréquenté ni cours ni événement, un peu comme deux mondes qui se regardent et se snobent. C’est heureusement de moins en moins vrai.

Danser dans des restaurants et des événements reste, selon moi, la meilleure formation que j’ai eu. Aller « sur le terrain » me confronter à des publics variés et nouveaux toutes les semaines. Devoir changer et adapter le spectacle en permanence, se renouveler, s’adapter à toutes les conditions et tous les contextes, bref être plongée dans le grand bain. Qu’est-ce qui pourrait y avoir de plus formateur que cela ?



Cet article est d’abord paru dans Ya Salam!

Ya Salam! est un magazine en ligne autour de la danse orientale et tout ce qui s’y rapporte !

Inscris-toi pour recevoir le dernier numéro dans ta boîte mail 👉 En savoir plus
Une nouvelle édition paraîtra tous les mois et les anciens numéros seront archivés sur ce site !

Pas de spam : tu ne recevras jamais plus d’un email par mois.

S’inscrire en 2 secondes avec un email :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.