En quelques années, Badriyah est devenue un professeur de référence pour ce que nous appelons souvent le style « Âge d’or », ou « Golden Era » en anglais. Dans son sens le plus strict, l’Âge d’or désigne l’époque où la danse occupait une place de choix dans le cinéma égyptien et notamment trois danseuses stars : Samia Gamal, Taheya Carioca et Naima Akef, bien qu’il en existe bien d’autres.

Traduction en français plus bas 👇

ENGLISH

Badriyah

Hi Badriyah ! 🙂
Thank you for accepting this interview. I had met you at the “Oriental Romance” festival organized by Lou Pradas in Belgium, in 2020, only two months before lockdown!
We had a workshop dedicated to the “golden era” style of course, inspired by several famous dancers. Over the years, this style has become your expertise and signature. How did this happen?

It all started gradually, about 13 years ago. I was already teaching bellydance, when I found out that I spent most of my time dedicated for relaxation by watching dance clips from Golden Era. It was the perfect relaxation for me – a cup of tea, a blanket, and old video clips. But only after a few years I realized that I was obsessed with it. So I started to practice some of the dance moves and dream about Golden Era performances where I could include some storytelling and the Golden Era glamour. After that I just needed to make it real.

Badriyah teaching Golden Era technique

From what I have read from you, you have obviously spent days and days studying and analyzing each golden era dancer, clips from movies, reading, etc. You have a scientific approach, analyzing every evidence of the past, and incorporating them to your dance and body. Am I correct?

Yes, indeed. I have a PhD in astrophysics and I cannot help not to use so much of analytical thinking 🙂 And I love it! I loved to go through 179 dance clips of Taheya Carioca, watch every step she did, measure on stop watch how long that particular technique was performed, categorize styles, costumes, props, etc. And the same for Samia Gamal. That is part of research I love to do. Then, there is dance analysis that I use for my dancing. I have analyzed more Golden Era dancers, their technique and tried to reproduce it. There it is a lot of drilling and trying to catch every detail. People might think that Golden Era is easy but it is not. There is a completely different posture, usage of arms, hips… I believe that everyone should try it at least once, as you will learn a lot about your own body and dance possibilities.

Do you sometimes feel like you are trapped in a style (it can happen sometimes when you are known for something, and everybody asks only for this)? Or are you perfectly aligned with this?

Slightly yes but I really don’t mind 🙂 I love Golden Era and I enjoy creating new pieces. I love other dance styles too, especially I love dancing tarab or folklore / character dances. But I had phases in my carrer. In the beginning, people wanted from me raqs sharqi and drum solo, then tarab, then peacock dance, then butterfly dance, and at this point it is mostly Golden Era. But I don’t think it is a phase that will end.

Apart from this expertise in the golden era, do you want to tell us about your dance journey?

I started as a very anxious girl who felt stressed out just to take a bus. Also, as a 18-year-old, I loved and played jazz, listened to rock, and got crazy about mathematics and physics. I constantly heard some sexist comments that I am ‘like a boy’. And as a teenager, you take it too personally…Or at least I did. So when I saw a flyer on bellydance classes, I signed up as it was referred to be very feminine dance. I fell in love with the dance at the first sound of rattling coins on a hip scarf 🙂

The biggest highlights are connected to my students, Bellydance Evolution, and Golden Era / the Bellydance Museum. Seeing my students performing, getting confident, happy, was always one of the best moments of my life. Getting into the Bellydance Evolution team was beyond my dream of dancing with Jillina. The fact that I stayed with the team for 10 years, danced some of the lead roles, is for me still unbelievable. And collecting items for the museum and starting to build it up brings me so much joy.

I think what makes you stand out is also your sense of scenography and “mise en scène”. You imagine characters and stories to create unforgettable moments. What makes a performance unique to you?

Definitely story telling. To bring a message, even short one, or a bit of fun, or drama into performance makes it unique. I love to see that the personality of a dancer pops out when she/he dances. It doesn’t have to be a big thing, just change in the moods, or interesting intro. This scenography also comes from Golden Era as the performances we know come from movies; therefore, acting was most of the time included.

You are also working in a Bellydance Museum, collecting rare vintage pieces. Can you tell us more about this?

Basically, I have a huge collection of antique real items that depict dancers, mostly from Egypt, starting in 1737, ending with 1990’s. The collection includes vinyl records, books, posters, magazines, postcards, newspapers, engravings, a billboard, and much more. For now, I am uploading the collection online on my Bellydance Museum website. It is not complete yet but you can already now enjoy the beautiful items. You can come to visit me and I present to you my collection but it is not yet the museum I dream about. I wish to have a real museum, with all the items, projections of old clips, full translated articles, some games, etc. Hopefully, one day.

The most valuable items are signed photos by Samia Gamal, original vinyl records of Badia Masabni, Tahia Carioca and Naima Akef, a billboard with Samia Gamal, and original silver prints of Lekegian photographs depicting (probably) Shafiqa El Koptiya. Then, there are finger cymbals from 1918 from Egypt, a book about Samia Gamal, stereoviews with ghawazee and awaleem dancers, old silver prints from 1870, engravings from 1737, 1807, and more.

As making the museum online takes a lot of extra hours from my free time, costs an incredible amount of money, and it is public to view, there is a way how people can support me : I have a Patreon page and this helps me to pay translators and shipment forthe items.

Badriyah danse orientale

Totally changing subject. Usually, I ask dancers how they handled the last 2 years and the pandemic but I know you had a baby in 2020. 🙂 So I guess you had to welcome many changes in your life recently?

Indeed 🙂 My daughter was born in September 2020, so right before the next semi-lockdown in Belgium. As my family lives in the Czech Republic, this was truly hard. My parents couldn’t see my baby growing in the first several months. On the other hand, the pandemic had also a brighter side. My daily job (space weather scientist) could have been done remotely, so I have saved 3 hours a day that I normally spent in trains and trams to get to my job. Here, in Belgium, you get only 3 months of maternal leave. I have prolonged it a bit on my expenses but then I had to get back to work.

Thanks to the fact that I could work from home, I have brought my daughter at 10:30 to the daycare, picked her up at 15:30 and whenever she slept at home, I continued working. And dancing. And producing a festival (Kan Zaman – Golden Era Music and Dance Festival). So yes, there were and still are big challenges, especially to find a moment when I don’t have to think or do anything. I also went through burnout and had to learn to balance my life better. One of the lessons I have learned is that there is no perfect balance. It will always get off the balance but it depends on us how big the swing from the balance point it will be.

Having some strict rules, such as that from a specific hour you don’t go on work email or look at social media, helps. And having a partner (or a friend, or a family member), who can recognize when it is just before having it too much for you, is also very helpful.

What are your next projects?

My next project is not to have huge projects 🙂 I want to focus on smaller things that I find beautiful and that I love. I will shoot a new Golden Era video, work on the online Belly dance museum (I would like to scan all movie brochure I have and make them into online flipbooks), and continue recording short online classes. Some of them, including lectures are already available at Youdance.online.

What is your favorite video of yourself ?

Wow, I have never got such a question 🙂 Hmmm I do love some of my work I did in the past few years. When I was six months pregnant and under lockdown, I made a Golden Era clip that is referencing several movies. I was proud of myself that I managed to come up with the idea, made the dance, shot it and edited it, while being pregnant and with a day job.

Golden Era movie bellydance  – lockdown video 2020 by Badriyah

Right after that, just 5 months after giving birth, I did another Golden Era video that was much more bigger in production. Again, I did it all alone. I loved that process!

Golden Era Raqs Sharqi, 2021

And a favorite bellydance video that I like to watch was my tarab at Zafa Festival in Estonia. It was an improvisation, I was fully in the music and happy. I was about 2 months pregnant back then :

Alf Leyla Wa Leyla – Zafa Festival in Estonia, 2020
Last one that I totally love is a very personal one 🙂

Welcome to the Bellydance Museum!

The museum has more than 400 antique and vintage items mainly focused on the evolution of Raqs Sharqi in Egypt. All items presented online are actual, physical items that are owned by Badriyah. As the collection is still growing, new items are being published every month.

Enter the museum
Support from €2 / month


Know more about Badriyah and follow her work:



FRANCAIS

Badriyah

Bonjour Badriyah ! 🙂
Merci d’avoir accepté cet interview. Je t’ai rencontré au festival “Oriental Romance” organisé par Lou Pradas en Belgique, en 2020, seulement deux mois avant le confinement !
Tu avais donné un stage sur le thème de l’“Âge d’or” bien sûr, mêlant des inspirations de plusieurs danseuses. Au fil des années, ce style est devenu ton domaine d’expertise et ta signature. Comment est-ce arrivé ?

Progressivement, depuis environ 13 ans. J’enseignais déjà la danse orientale, et, dès que je voulais me détendre, je regardais des anciennes vidéos de l’âge d’or. C’était la relaxation parfaite pour moi : une tasse de thé, un plaid et des vidéos anciennes. Cela m’a pris quelques années pour réaliser que j’étais obnubilée par ça. J’ai commencé à pratiquer certains de ces mouvements et imaginer des performances où je pourrais intégrer du storytelling et le glamour de l’Âge d’or. Après cela, j’avais juste envie de faire de ces idées une réalité.

Badriyah en stage

Dans les articles que tu écris, on comprend que tu as passé des jours et des jours à étudier des danseuses, des vidéos, etc. Tu as une approche très scientifique, en analysant chaque preuve du passé et en les intégrant à ton corps et ta danse. Je me trompe ?

Absolument. J’ai un doctorat en astrophysique et utiliser ma pensée analytique, c’est ma seule façon de faire 🙂 mais j’adore ça ! J’adore regarder 179 vidéos de Taheya Carioca, regarder chaque pas, appuyer sur pause, regarder combien de temps cette technique spécifique a été utilisée, catégoriser les styles, costumes, accessoires, etc. Pareil pour Samia Gamal. C’est le genre de choses que j’aime faire.

Il y a aussi les analyses que je fais pour ma danse. J’ai étudié de nombreuses danseuses de cette époque, leur technique et essayé de les reproduire. C’est beaucoup de fouilles et de tentatives de recréer la même chose. Beaucoup pensent que le style de l’âge d’or est facile mais ce n’est pas vrai. La posture est complètement différente, l’utilisation des bras, des hanches, … Je pense que tout le monde devrait essayer au moins une fois, cela permet d’apprendre beaucoup à propos de son corps et de ses possibilités.

Est-ce que tu ne te sens pas parfois un peu coincée dans ce style (si tu es connue pour cela, et que tout le monde te le demande toujours) ou est-ce que tu es en phase avec cela ?

Un peu oui mais ce n’est pas grave 🙂 J’adore ce style « Golden Era » et j’adore créer de nouveaux tableaux. J’aime d’autres styles également, en particulier le tarab ou les tableaux de folklore et de personnages. Mais j’ai eu des phases dans ma carrière. Au début, les gens voulaient me voir en raqs sharqi et drum solo, puis dans le tarab, ou encore la danse du paon, la danse du papillon, et maintenant c’est surtout « Golden Era » et je ne pense pas que cette phase prendra fin.

Au-delà de ton expertise sur cette époque, peux-tu nous parler de ton parcours dans la danse ?

J’étais une jeune fille très anxieuse, stressée juste à l’idée d’aller prendre le bus. A 18 ans, je jouais du jazz, j’écoutais du rock et j’étais dingue de maths et de physiques. J’entendais tout le temps des commentaires sexistes disant que j’étais un garçon manqué, ce qui nous touche quand on est ado. En tous cas, ça me touchait. Donc quand j’ai vu un flyer pour des cours de danse orientale, j’ai voulu m’inscrire puisque c’était réputé comme quelque chose de très féminin. Je suis tombée amoureuse de la danse dès les premiers tintements de sequins 🙂

Les meilleurs moments de ma carrière sont en lien avec mes élèves, Bellydance Evolution, et l’âge d’or / le Bellydance Museum. Voir mes élèves sur scène, gagner en confiance, être heureuses, a toujours été un des meilleurs moments qui soit. Rejoindre Bellydance Evolution était encore bien au-delà de mon rêve initial de danser avec Jillina. Le fait d’avoir dansé avec l’équipe pendant 10 ans, incarné certains rôles principaux, est toujours dur à croire. Enfin, collecter tous ces objets pour le musée et commencer à le construire me procure énormément de joie.

Ce qui te différencie est également ton sens de la scénographie et de la mise en scène. Tu imagines des personnages et des histoires pour créer des moments inoubliables. Qu’est-ce qui rend une performance unique selon toi ?

Raconter une histoire. Délivrer un message, même très court, ou un peu d’amusement ou de « drama » rendra la performance unique. J’adore voir la personnalité d’un(e) danseur(se) apparaître quand il/elle danse. Cela n’a pas besoin d’être quelque chose d’énorme, juste un changement brutal dans les ambiances ou une intro captivante. Cette scénographie me vient aussi de l’âge d’or. Comme la danse faisait partie d’un film, il y avait forcément un part de jeu et de comédie.

Tu travailles aussi sur un Bellydance Museum, en rassemblant des pièces vintage rares. Peux-tu nous en parler?

J’ai une immense collection d’objets anciens représentant les danseurs, principalement en Egypte, de 1737 aux années 1990. Cette collection comprend des vinyles, des livres, posters, magazines, cartes postales, journaux, gravures, affiches et plus. Pour l’instant, je charge toute ma collection (scans et photos) sur mon site Bellydance Museum. Ce n’est pas encore complet mais il y a déjà de belles choses à voir. Si vous venez me rendre visite en Belgique, je vous présenterai ma collection mais ce n’est pas encore le musée dont je rêve. Je souhaite avoir bientôt un vrai musée, avec tous les objets, projections de vidéos anciennes, des articles traduits, des jeux, etc. Un jour !

Les articles les plus précieux sont des photos dédicacées par Samia Gamal, des vinyles originaux de Badia Masabni, Tahia Carioca et Naima Akef, une affiche avec Samia Gamal, et des tirages argentiques de photographies représentant (probablement) Shafiqa El Koptiya. J’ai aussi des sagattes d’Egypte de 1918, un livre au sujet de Samia Gamal, stéréogrammes de danseuses ghawazee et awaleem, des tirages de 1870, des gravures de 1737, 1807 et plus.

Comme rendre le musée visible en ligne me prend beaucoup de temps, me coûte beaucoup d’argent, et qu’il est visible gratuitement du public, il y a une façon de soutenir ma démarche : j’ai une page Patreon (abonnement mensuel pour soutenir des créateurs) et les revenus m’aident à payer les frais de traduction des articles ou l’expédition des articles.

Badriyah danse orientale

Habituellement, je demande aux danseuses comment elles ont vécu la pandémie mais je sais que tu as eu un bébé en 2020 ! Donc je suppose qu’il y a eu beaucoup de changements dans ta vie ces deux dernières années ?

En effet 🙂 Ma fille est née en septembre 2020, juste avant le deuxième confinement en Belgique. Comme ma famille est de République Tchèque, ça a été très dur. Mes parents n’ont pas vu ma filles grandir les premiers mois. Heureusement, le confinement a aussi eu de bons côtés. Mon travail (spécialiste scientifique de la météo spatiale) peut être fait à distance, donc j’économisais les 3 heures quotidiennes que je passe habituellement dans le train et le tram pour aller travailler. Ici, nous n’avons que 3 mois de congé maternité. J’ai prolongé un peu à mes frais mais, tôt ou tard, j’ai du retourner travailler.

Comme je pouvais travailler de la maison, j’emmenais ma fille à la garderie à 10:30 et j’allais la chercher à 15:30, puis je travaillais de nouveau dès qu’elle dormait. En plus, je dansais. Et je produisais un festival (Kan Zaman – Golden Era Music and Dance Festival). Donc oui, de grands changements et de grands challenges, surtout pour trouver un moment où je n’étais pas en train de réfléchir ou de travailler. J’ai fait un burnout et j’ai du apprendre à mieux gérer et équilibrer ma vie. Une des leçons que j’ai appris est qu’il n’y a pas d’équilibre parfait. Il y aura toujours un léger déséquilibre, son ampleur dépend de nous.

J’ai maintenant des règles strictes : pas d’emails de travail après telle heure, ou pas de réseaux sociaux. Avoir un partenaire (ou un ami, ou un membre de la famille) qui reconnait quand cela commence à ne plus aller m’aide beaucoup aussi.

Quels sont tes prochains projets ?

Mon prochain projet est : pas de gros projets ! 🙂 Je veux me concentrer sur des choses plus modérées mais que j’adore. Je m’apprête à tourner une nouvelle vidéo, travailler sur mon Bellydance museum (je vais scanner toutes les brochures de films et en faire un livret), et continuer à enregistrer de courtes leçons en ligne. Certaines, des vidéos pratiques comme des cours théoriques, sont déjà disponibles sur Youdance.online.

Quelle est ta vidéo préférée de toi-même ?

Wow, on ne m’a jamais demandé cela 🙂 J’aime bien certaines de mes réalisations de ces dernières années pourtant. Quand j’étais enceinte de 6 mois et confinée, j’ai créé une vidéo dans un style « Âge d’or » qui fait référence à plusieurs films. J’étais très fière d’avoir tout fait : l’idée originale, la danse, le tournage et l’édition, bien sûr tout en étant enceinte et en assurant au travail.

Golden Era movie – lockdown video by Badriyah

Après cela, 5 mois après la naissance de ma fille, j’ai réalisé une autre vidéo du même style mais avec une bien plus grosse production. Encore une fois, je l’ai fait seule et j’ai adoré !

Golden Era Raqs Sharqi, 2021

Pour les performances scéniques, j’aime beaucoup cette vidéo de Zafa Festival en Estonia. C’était une improvisation et j’étais totalement plongée dans la musique et le bonheur. J’étais enceinte de 2 mois environ :

Alf Leyla Wa Leyla – Zafa Festival en Estonia, 2020
Et une dernière vidéo plus personnelle 🙂

Bienvenue au Bellydance Museum !

Le musée compte plus de 400 objets anciens autour de l’évolution de la danse en Égypte. Tous les articles présentés en ligne sont des articles réels appartenant à Badriyah. Comme la collection ne cesse de s’agrandir, de nouveaux articles sont publiés chaque mois.

Voir le musée
Soutenir le projet dès 2€ / mois


En savoir plus sur Badriyah et suivre son travail :


Cet article est d’abord paru dans Ya Salam!

Ya Salam! est un magazine en ligne autour de la danse orientale et tout ce qui s’y rapporte !

Inscris-toi pour recevoir le dernier numéro dans ta boîte mail 👉 En savoir plus
Une nouvelle édition paraîtra tous les mois et les anciens numéros seront archivés sur ce site !

Pas de spam : tu ne recevras jamais plus d’un email par mois.

S’inscrire en 2 secondes avec un email :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.