« C’est pas payé mais ça vous fera de la pub » : la phrase qui rend dingue !

« On aimerait que vous veniez danser. C’est pas payé mais ça vous fera de la pub !!! »

Si cela vous est déjà arrivé en tant qu’artiste, vous savez forcément de quoi je parle. Peu importe le domaine artistique, il nous est régulièrement proposé de danser en échange de visibilité (autrement dit en échange de pas grand chose.)

Pour moi, le dernier cas en date est assez évocateur. Ayant récemment déménagé, je recherchais une nouvelle salle pour mes cours. Je suis donc entrée en contact avec la grosse (et riche) ville voisine qui me dit qu’ils n’ont vraiment pas de salles disponibles. Par contre, ils me proposent d’animer un cours pendant une manifestation qu’ils organisent prochainement.
Moi : « C’est rémunéré ?
Eux : Non, mais ça vous fera de la pub !
Moi : De la pub pour quoi si je ne peux pas donner cours dans votre ville ?
Eux : … » [PLS]

Certains pensent peut-être que l’art est un hobby et non une profession, que les artistes vivent d’amour et d’eau fraiche ou aux crochets d’autres personnes (Ok, certains vivent aux crochets d’autres personnes mais pas moi…)

L’idée derrière « ça vous fera de la pub » est que, en dansant gratuitement dans un événement, les gens vous verront et vous embaucheront. C’est bien sûr une légende. Certains disent même « ça vous fera de la pub gratuite » car faire de la publicité (sur Internet, via des affiches, etc.) coûte, alors qu’en venant danser pour eux, il n’y aurait aucun frais !

Qui dit encore « Ca vous fera de la pub » ?

Grosses entreprises, municipalités, organisateurs de soirées, … Les profils sont variés mais ils ont en général une chose en commun : avec un petit effort, ils pourraient payer ou a minima défrayer l’artiste. Car, bien sûr, je ne parle pas là des manifestations caritatives (là, libre à chacun d’offrir de son temps).

Ils pensent sincèrement vous faire un cadeau en vous offrant « de la publicité gratuite » mais le jour J, vous devrez vous battre pour que votre nom soit annoncé et votre publicité réellement faite (parce qu’en vrai, ils s’en foutent). De plus, ce n’est pas gratuit pour vous car vous aurez des frais pour vous y rendre, vous préparer et vous perdez l’argent que vous aurez pu gagner à faire autre chose au même moment. Vous payez et vous vous investissez pour leur succès.

De toutes les personnes présentes, combien seront dans votre cible ? Combien seront attentives ? Est-ce que 5% penseront à vous engager ? Non. 2% ? 1%? Est-ce qu’ils pourront obtenir vos coordonnées ? Rarement.

« Ca vous fera de la pub » : c’est perdant-perdant

Ce n’est pas bon pour vous. Tout se sait tôt ou tard. Si X apprend que vous avez dansé gratuitement pour l’événement de Y, voudra-t-il vous payer ? Ou n’exigera-t-il pas une réduction sur votre « prix standard » ?

Certains patrons peuvent aussi proposer de danser une fois gratuitement « pour vous tester » sur leur clientèle, avant de vous embaucher pour de bon. Rappelez-leur que tout travail mérite salaire.

Ce n’est pas bon pour les autres danseuses. Si certains artistes acceptent de travailler gratuitement, il devient très difficile pour les autres d’être rémunérés pour leur travail. Si un artiste danse gratuitement et pas l’autre, le premier sera « embauché » (mais pas payé) et pas le deuxième. Personne ne gagne.

Si vous êtes amateurs, ou aspirant professionnels, vous êtes très heureux de danser, seul ou en groupe, et de « faire vos armes ». Mais sachez faire la différence entre des scènes ouvertes / événements caritatifs, et des organisateurs qui pourraient très bien vous rémunérez si ils le souhaitaient.

« Ca vous fera de la pub », est-ce que c’est acceptable dans certains cas ?

« J’ai une opportunité qui m’offre une grosse visibilité »

Typiquement de la télévision. Les chaînes de télévision ne sont pas les plus généreuses. Il faut parfois se battre pour être payé, voire défrayé. Soyez conscient que :
– votre nom sera rarement cité à l’antenne
– les médias promettent toujours monts et merveilles en termes de visibilité mais la réalité est souvent très différente.

« La structure où je donne cours me demande de danser »

Cas difficile… Evidemment, on veut soutenir nos écoles, nos associations, et avoir des cours remplis ! On est prêt à donner de notre temps et coopérer ensemble pour le succès de tous.
Alors, on ne compte pas nos heures : danser au forum des associations, aux journées portes ouvertes, aux cours d’essai, à la fête de Noël, au gala de fin d’année et j’en passe. Et, à chaque fois, ce sont de nombreuses heures passées et des week-ends mobilisés, multipliés par le nombre de structures où vous enseignez…
Parfois, apprenez à donner un peu de votre absence.

Je danse gratuitement dans un festival de danse orientale

En dehors des têtes d’affiche de l’événement, il est fréquent que les autres danseurs invités dans le(s) spectacle(s) du festival ne soient pas payés. Au mieux, ils vont être défrayés partiellement ou avoir des gratuités (stages ou autres). Le festival propose également des soirées « concours » ou « scène ouverte » où les danseurs s’inscrivent pour danser et payent pour couvrir les frais d’organisation.

Il est différent de proposer une animation dans un événement privé ou dans un lieu où le propriétaire gagne de l’argent, et de monter sur scène dans le cadre d’une rencontre réservée aux passionnés de la danse orientale. La logique veut que les danseurs décident de se déplacer aux festivals d’abord pour apprendre et profiter des stages, faire des rencontres, apprécier les spectacles et éventuellement, si l’opportunité se présente, monter sur scène et montrer leur travail. J’ai vu beaucoup de danseuses qui, après quelques scènes, se braquent et exigent d’être payées pour toute représentation. (La légende dit qu’elles attendent encore…) Les organisateurs prennent tellement de risques financiers en montant un festival (et perdent souvent de l’argent, d’ailleurs) qu’ils ne peuvent malheureusement payer que les artistes qui leur permettront de rentrer autant que possible dans leurs frais.
Ne vous engagez pas dans des sommes folles pour « danser dans un festival ». Allez-y pour les stages et pour passer un bon moment. Si vous avez en plus l’occasion de danser devant d’autres passionnées, allez-y.

Leave a Reply

Your email address will not be published.